Le Levain des Pharisiens 3

Les 12 occasions que DIEU nous donne de récupérer des grâces du Sacerdoce lorsqu’un « donneur de leçons » nous tente

Nos amis les Pharisiens sont décidément pleins de ressources ! Car lorsqu’ils s’en prennent à notre SEIGNEUR JÉSUS en lui posant toutes ces questions déstabilisantes, Il nous montre comment retourner la situation et prendre possession des grâces de prêtres que ceux-ci, par leur imprudence, laissent s’échapper.

Cette conférence qui clôt le cycle sur le Levain des Pharisiens, est un véritable voyage dans les 4 Evangiles. Elle se veut une étude méthodique des 12 enjeux principaux que nous avons intérêt à repérer afin de sortir des pièges qui nous sont tendus et d’exercer nous aussi notre rôle de « prêtres » pour ceux et celles qui nous entourent. Pour cela, nous abordons :

Durée : 2h07 19 fichiers mp3

1 - Les 7 outils rhétoriques du CHRIST

1-1 : La Parabole : raconter une histoire

♦ Intérêts

  • Enseigner simultanément des personnes qui ont des intentions divergentes (bienveillantes / malveillantes),
  • Ouvrir le débat, sortir du rapport conflictuel,
  • Eviter de se faire piétiner par des personnes qui ne sont pas en capacité de recevoir quelque-chose de riche (perles aux cochons),
  • L’imagerie utilisée dans notre parabole reste et permet à tous les interlocuteurs de méditer après-coup.
  • Se donner du temps pour réfléchir
  • Préparer la contre-attaque par une situation de « Miroir ». 
 

♦ Méthode

  • Mettre en scène des personnes tierces (réelles ou imaginaires),
  • Centrer sur le point qui achoppe,
  • Ne traiter qu’un seul problème à la fois,
  • Il peut s’agit de personnages réels ou non, par exemple empruntés à la Parole de DIEU,
  • Terminer :
    • Soit en posant une question sur le fameux point qui achoppe, puis se servir de la réponse de nos interlocuteurs pour les faire avancer et/ou démontrer leurs contradictions : « A votre avis, que fera t’il à ses vignerons ? » - il les fera périr misérablement – N’avez-vous pas lu dans les Ecritures : ‘la pierre qu’on rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ?’
    • Soit en concluant soi-même pour emporter l’adhésion de ses interlocuteurs « De même, je vous le dis : il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit plus que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de conversion ».
 

1-2 : La question de fond : ramener à la fine pointe

 

♦ Intérêts

  • Contrer des critiques ou toute attitude qui s’apparente à une critique ou qui prépare une future critique, y compris une mauvaise pensée et quand on cherche à nous tendre un piège ; permet de sortir du piège, du cadre de la question mal posée.
  • Déplacer la discussion sur un terrain où notre interlocuteur aura une chance d’avancer, de trouver une réponse à sa question.
  • Oblige à ce que la situation avance.
  • Contre les mauvais esprits : les met en fuite
 

♦ Méthode

  • Poser une question qui permettra à l’autre de répondre par lui-même à sa question. Plusieurs sortes de questions :
    • D’entrée de jeu, sur l’objectif recherché : « pourquoi ces pensées dans vos cœurs ? » « Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? » « Pourquoi me reposez-vous la même question ? Serait-ce parce que vous voulez vous aussi devenir ses disciples ? » « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du Sabbat ? » « Notre loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »
    • L’interrogation sur un problème similaire « et d’après vous, le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » « Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de DIEU au nom de votre tradition ? » « Qu’est-ce qui est le plus facile ? De dire ‘tes péchés sont pardonnés’ ou ‘lève-toi et marche’ ? »
    • La question (rhétorique, car n’attend pas de réponse) sur un exemple pris dans la Parole de DIEU ou un constat : « N’avez-vous pas lu ce que fit David… ? » « Si Satan est divisé, comment son royaume tiendra-t-il ? » « Pourquoi ce moment-ci, ne savez-vous pas l’interpréter ? » « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien. »
  • La question (formulée ou pensée) de notre interlocuteur est généralement un terrain favorable pour renvoyer une question de notre côté.
 

1-3 : La Parole de DIEU, le Projet de DIEU, l’Assertion

 

♦ Intérêts

  • Avancer des arguments de poids
  • Purifier (recentrer) le débat 
 

♦ Méthode

  • Citer des passages bibliques se déployant dans des situations similaires à la position que nous défendons
  • Toujours utiliser le mode interrogatif : « N’avez pas vous lu… ? »
  • Commencer de préférence par des personnages indépendants de notre interlocuteur (Parabole) puis poursuivre avec ce qui concerne notre interlocuteur
  • Toujours se poser la question du projet de DIEU afin d’éviter tout fondamentalisme
  • Rappeler le projet de DIEU et déclarer une Assertion, pour quelqu’un qui connaît bien la Bible, est équivalent à citer la Parole de DIEU.
 

1-4 : Le Glaive, qui entraîne puis révèle

  

♦ Intérêts

  • Mettre le plus de chances possible de son côté de provoquer l’assentiment de ses interlocuteurs.
  • Corriger quelque-chose de faux.
  • Prendre l’autre par surprise. 
 

♦ Méthode

  • Au début d’une discussion. Généralement : « Oui + Glaive ».
  • Prendre au sérieux les arguments entendus puis montrer que le raisonnement ne tient pas. « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant vous cherchez à me tuer. »
  • S’obliger à ravaler notre envie de répondre « non » d’emblée suite à l’attaque qui nous est infligée.
  • Sauf si tout est absolument faux : dans ce cas : « Non + Glaive » : « Vous êtes complètement dans l’erreur car vous méconnaissez les Ecritures et la puissance de DIEU !!! »
 

1-5 : Le Miroir, qui renvoie l’attaque

 

♦ Intérêts

  • Montrer l’incohérence de l’attaque,
  • Mettre les interlocuteurs face à leurs propres limites.
 

♦ Méthode

  • Prendre des exemples (dans cet ordre) :
    • Dans les Paraboles,
    • Dans la Parole de DIEU,
    • Dans la situation de nos interlocuteurs,

…qui contredisent l’argument utilisé par celui qui attaque. « Si l’un d’entre vous possède une brebis et qu’elle tombe dans un trou… »

  • Le miroir peut se faire suite à une réplique ou une simple pensée négative.
  • On peut imiter les interlocuteurs sur d’autres éléments :
    • Leur attitude : silence => guérir sans parole,
    • Une question posée => poser une question,
    • Un élément de leur parole ou leur attitude => que l’on utilise pour donner un enseignement : « remarquant que les invités choisissaient les premières places… »
 

1-6 : L’Imprécation, qui dénonce

 

  

♦ Intérêts

  • Désigner le mal avec insistance
  • « Secouer la poussière de nos pieds » en nous dissociant de cette attitude infâme que nous dénonçons.
 

♦ Méthode

Repérer l’attitude mauvaise et, durant notre prise de parole, la dénoncer :

  • « Hypocrites ! »
  • « Esprits faux ! »
  • « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe… »
 

1-7 : L’insistance, qui souligne la Vérité

 

♦ Intérêts

Souligner :

  • Une Vérité,
  • Un miracle imminent,
  • Une Parole prophétique.
 

♦ Méthode

  • « Je vous le dis » :
    • « il y a ici bien plus que le Temple »
    • « ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés »
    • « lève-toi, prends ta civière et rentre chez toi ».
  • « Amen je vous le déclare »
    • « les publicains et les prostituées vous précèdent dans le Royaume de DIEU. »
    • « le Royaume de DIEU vous sera enlevé… »
  • « En vérité, je vous le déclare »
  • « Ecoutez et comprenez bien » : « ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche de l’homme qui le rend impur… »

 

 

2 - Les 12 rôles de prêtres tentés par le levain des Pharisiens

  

Ces 12 rôles sont présentés dans les grandes lignes en montrant à chaque fois, pour chaque série de textes où JÉSUS est confronté aux Pharisiens :

Les extraits d’Evangiles sont regroupés par lettre (par exemple 5c : Mt 16, 1-4 // Mc 8, 11-13) en supposant que les différents évangélistes racontent le même épisode (ce qui est probable mais n’est pas toujours certain !) Les textes sont « fusionnés » en précisant entre parenthèses() les détails complémentaires apportés par l’un des textes parallèles.

La Bible employée est la Bible Liturgique, créée afin d’être comprise du premier coup à l’écrit et à l’oral (non qu'elle soit mieux, mais c'est pour préciser).

Les stratagèmes rhétoriques employés par le CHRIST (Paraboles, Miroirs, …) sont présentés en 1ère partie de cette page.

Plusieurs textes qui sont reportés ci-après, ne sont pas explicitement décrits comme étant en présence des Pharisiens, mais contiennent, d’après moi, le même enjeu que celui décrit et apportent, comme chacun de ces extraits d’Evangiles, un éclairage complémentaire afin de bien cerner l’enjeu et comment s’en débrouiller.

Des commentaires sont ajoutés en italique.

 

2-1 : GARDIENS DE LA LOI

  

♦ Situation

Traiter une question dans une situation où des personnes souffrent.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Nous faire croire qu’on peut se passer des personnes de notre groupe

  • Oublier la miséricorde pour ces personnes lors d’une prise de décision et/ou l’application d’une règle ;
  • Se priver de la sagesse de DIEU qui passe à travers ces personnes ;
  • Nous faire oublier que toute la Loi dont nous sommes le gardien n’est qu’en vue de la miséricorde (et nous centrer sur la justice).
 

♦ Remède, défense

Evoquer des situations comparables (de préférence dans la Parole de DIEU, Guide du Gardien de la Loi) et les retourner contre les interlocuteurs. Puis conclure avec autorité.

 

3 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de Gardiens de la Loi : les épis arrachés, l'homme à la main atrophiée et la femme qui lave les pieds de JÉSUS.

3e : Mt 12, 1-8 // Mc 2, 23-28 // Lc 6, 1-5 : Les épis arrachés.

"…un jour de Sabbat, ses disciples eurent faim et se mirent à arracher des épis…"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du Sabbat ! »

 

 

Miroir : questionner sur 2 exemples dans la Parole de DIEU :

- Des personnes sont amenées à déroger à la Loi dans des situations de nécessité (ici : le roi David – 1 S 21, 2-7) – en mode Parabole.

- Des personnes de votre catégorie dérogent régulièrement à la Loi parce que c’est prévu par la Loi (les prêtres dérogent au Sabbat – Nb 28, 9)

Proclamer 2 fois la Parole de DIEU : « Or, je vous le dis, il y a ici plus grand que le Temple ; Si vous aviez compris ce que veut dire cette parole : ‘c’est la miséricorde que je veux et non les sacrificies’ (Os 6, 6), vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont commis aucune faute. »

Conclure avec autorité pour répondre aux Gardiens de la Loi : « le Fils de l’Homme est maître du Sabbat ».

= Par des exemples, montrer à celui qui a le soin de garder la Loi que bien qu'il soit normal de veiller dessus avec un zèle jaloux, il a aussi à se sentir habilité à l'adapter en vue de la Miséricorde.

 

4f : Mt 12, 9-14 // Mc 3, 1-6 // Lc 6, 6-11 : l'homme à la main atrophiée.

"Il partit de là et entra dans leur synagogue. Or il s’y trouvait un homme qui avait une main atrophiée."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Est-il permis de faire une guérison le jour du Sabbat ? » (C’était afin de pouvoir l’accuser)

La question est posée de manière indélicate, car devant l'homme à la main atrophiée.

 

 

Miroir : Question sur un exemple dans la Parole de DIEU : « Si l’un d’entre vous possède une seule brebis, et qu’elle tombe dans un trou le jour du sabbat, ne va-t-il pas la saisir pour la faire remonter ? » (Ps 29(30), 4 ; So 3, 19-20)

Répondre sans attendre, par délicatesse pour le pasteur qui se trouve en présence de l’une de ses brebis : « Or un homme vaut tellement plus qu’une brebis !» = On imagine que Jésus, choqué par l'indélicatesse de la question, force la délicatesse pour montrer comment se comporter.

Conclure avec autorité pour répondre aux gardiens de la Loi : « Il est donc permis de faire le bien le jour du Sabbat. »

 

7c : Lc 7, 36-48 : la femme qui lave les pieds de JÉSUS.

"Un pharisien avait invité JÉSUS à manger avec lui. (…) Survint une femme de la ville, une pécheresse. (…) elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum. Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds, et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de JÉSUS. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et répandait sur eux le parfum."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

En voyant cela, le pharisien qui avait invité JÉSUS se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »

 

 

 

Miroir : 1) Question, afin de faire cesser ce mauvais dialogue intérieur : « Simon, j’ai quelque chose à te dire »

 

« Parle, Maître ».

 

 

 

2) Parabole + Question : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante. Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser, il en fit grâce à tous deux. Lequel des deux l’aimera davantage ? »

 

« Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce de la plus grande dette »

 

 

 

3) Montrer les faits : « Tu vois cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis qu’elle est entrée, n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ; elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds. »

4) Conclure avec autorité : « Voilà pourquoi je te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »

Il dit alors à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »

Dans cette situation, JÉSUS reprend son interlocuteur (qui n'a pas commis d'indélicatesse), avec délicatesse et fermeté, car celui-ci a une vision étroite de la Loi et a donc besoin qu'on l'aide à dépasser cette manière de voir les choses.

 

 

2-2 : PARDON, PURIFICATION

  

♦ Situation

Confrontation forte avec un pécheur repenti, un mouvement de foi de sa part ou des personnes qui l’entourent.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Etre découragé-e de pardonner ou rebuté-e par un pécheur :

  • Croire que l’intercession pour quelqu’un nous est impossible, hors de notre portée.
  • Croire que le péché de quelqu’un est trop grand pour être pardonné
 

♦ Remède, défense

Interroger nos interlocuteurs :

  • Directement, sur leur étonnement
  • Ou par notre silence ou glaive, sur leur méchanceté

Evoquer l’impossible, afin de sceller le pardon.

 

4 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de faire descendre du ciel le Pardon et la Purification : le paralytique passé par le toit, la Femme adultèreJÉSUS affirmant : "Moi, JE SUIS" et "Va, ta foi t'a sauvé"

4a : Mt 9, 1-8 // Mc 2, 1-12 // Lc 5, 21-26 : le paralytique passé par le toit.

"Un jour que JÉSUS enseignait… arrivent des gens portant une civière… « Homme : tes péchés te sont pardonnés. »"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Qui est celui-là ? Il dit des blasphèmes ! Qui donc peut pardonner, sinon DIEU seul ? »

 

 

Miroir : 1) Question : « Pourquoi ces pensées dans vos cœurs ? »

Evoquer l’impossible : « Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire ‘tes péchés sont pardonnés’ ou dire ‘Lève-toi et marche’ ?

Provoquer le signe et le souligner, afin de montrer la guérison : « Eh bien ! Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité sur la terre pour pardonner les péchés, je te le dis, lève-toi, prends ta civière et retourne dans ta maison. »

En voyant cela, la foule fut saisie de crainte et elle rendit gloire à DIEU qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

Profiter de cette attaque, de la part de ces personnes choquées, pour faire éclater devant tous et toutes que le SEIGNEUR regorge de solutions afin de faire descendre son pardon sur des personnes repenties.

= C'est comme si le SEIGNEUR, à travers cette critique adressée à la fois à moi (qui cherche à pardonner) et à la personne (qui a fait telle chose mauvaise), me questionnait : "Es-tu prêt(e) à affirmer que je suis suffisamment Puissant pour passer par toi pour faire descendre mon Pardon?"

 

6d : Jn 8, 2-11 : La Femme adultère.

"Au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il se mit à enseigner : Les scribes et les Pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? »

 

 

Miroir : signe afin de sceller la méchanceté : Mais JÉSUS s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. =

- voulez-vous que soit mis par écrit (scellés) vos péchés comme ceux de cette femme ?

- tout trait enflammé (de condamnation) que vous envoyez, je le dispose sur la terre (dos de JÉSUS flagellé, par exemple), le seul endroit où il peut servir à quelque-chose d’utile.

On persistait à l’interroger

 

 

Evoquer l’impossible : Il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »

Signe : Il se baissa de nouveau et écrivait sur la terre.

Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés.

JÉSUS resta seul avec la femme toujours là au milieu.

 

 

Souligner l’absence d’accusateur, afin de montrer le pardon : Il se redressa : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » - « Personne Seigneur »

« Moi non plus je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Cette situation est courante. On nous parle de quelqu'un (généralement absent) pour nous dire quelque chose d'horrible, d'impardonnable. C'est comme si le SEIGNEUR attendait que nous ayons une parole afin de briser ce cercle de condamnation. Commencer par offrir silencieusement toutes ces paroles blessantes jusqu'à ce que notre silence soit remarqué, puis dire que nous aussi faisons tous des erreurs et méritons tout autant d'être condamnés. Et d'une façon mystérieuse, le Seigneur pardonne à cette personne par notre intermédiaire. Un peu comme si ces accusateurs nous avaient apporté sans le savoir, un pardon à donner.

  

7f : Jn 8, 2. 21-30 : Moi, JE SUIS.

"Au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il se mit à enseigner : « si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés »"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

 

Parole prophétique : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. »

« Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : ‘Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller’? »

 

 

Miroir : sceller la méchanceté : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde.

Jugement des méchants et salut pour les justes : « C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. »

« Toi, qui es-tu ? »

 

 

Devant une même question (fausseté) : Miroir : refus : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. » = je viens juste de dire ‘JE SUIS’ et il y a 5 minutes je vous ai dit que j’étais ‘la Lumière du monde’…

« À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. »

Evoquer l’impossible, afin de proposer le pardon à ceux qui acceptent ce cadeau : « D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. »

Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père.

 

 

« …Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. = à vouloir à tout prix ne pas me reconnaître, vous allez me tuer en m’élevant et là le pardon, œuvre de miséricorde du Père, se manifestera.

Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »

Sur ces paroles de JÉSUS, beaucoup crurent en lui.

= Situation où l'on parle du CHRIST qui fait descendre le Pardon sur l'humanité et où quelqu'un fait irruption dans la discussion pour se moquer de nous ou nous dire que nous nous trompons. Poursuivre le témoignage comme le fait le CHRIST provoque un tri dans entre nos interlocuteurs :les grâces sont volées aux méchants puis données aux personnes de bonne volonté qui nous écoutent.

 

7d : Lc 7, 48-50 : "Ta foi t'a sauvée"

"JÉSUS dit alors à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

Les convives se mirent à dire en eux-mêmes : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »

 

 

Saisir cette médisance comme une occasion de souligner le pardon : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »

même situation que celle du paralytique ci-dessus.

 

2-3 : ENSEIGNEMENT

  

♦ Situation

Notre frère/sœur a besoin qu’on l’enseigne ou qu’on lui fasse du bien.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Se croire illégitime pour prendre la parole ou agir :

  • Se croire stupide, seul, marginal, ignorant et/ou haï de DIEU,
  • Se sentir obligé de se justifier,
  • Pécher par omission (en se taisant).
 

♦ Remède, défense

Imiter ceux qui nous « cherchent des poux », ou qui créent un climat glacial

Puis rebondir en enseignements à chaque refus, réponse et situation.

 

5 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle d'Enseignant (rôle présenté dans l'Ancien Testament et ici dans les Evangiles comme majeur parmi les rôles de Prêtre) : La question de l'autorité de Jésus, la guérison de l'homme hydropiquele retour des gardes auprès des Pharisiens et l'aveugle né (et ses parents) face aux questions des Pharisiens

6a : Mt 21, 23-46 // Mc 11, 27 – 12, 12 // Lc 20, 1-19 : Question de l'autorité de JÉSUS.

"JÉSUS était entré dans le Temple et, pendant qu’il enseignait, les grand prêtres et les anciens du peuple s’approchèrent…"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Par quelle autorité fais-tu cela et qui t’a donné cette autorité ? »

 

 

Miroir sur l’attitude : poser une question similaire en Parabole sur laquelle l’immobilisme va paralyser nos adversaires et nous dispensera de répondre nous-mêmes à leur question : « le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? »

…« Nous ne savons pas ! »

 

 

2ème Parabole puis Question : Parabole des 2 fils envoyés à la vigne… « Lequel a fait la volonté du Père ? »

« Le premier. » 

 

 

Miroir sur la réponse des Pharisiens pour souligner la contradiction entre ce qu’ils prônent et ce qu’ils font : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le Royaume des Cieux. Car Jean-Baptiste est venu… »

3ème Parabole puis Question : un maître confie son domaine et se fait tuer ses serviteurs puis son fils… que fera-t-il a ses vignerons ?

« Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »

 

 

Miroir avec la Parole de DIEU : « N’avez-vous pas lu dans les Ecritures : ‘la pierre qu’on rejetée…’ Amen je vous le dis : le Royaume de DIEU vous sera enlevé…Et tout homme qui tombera sur cette pierre s’y brisera… (Is 8, 14-15 ; Is 28, 16)

4ème Parabole pour enseigner ceux qui ont les oreilles ouvertes : le Festin de Noces. Conclusion : déplacement, transfert du rôle de l’enseignant : « le repas de noces est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. »

Enseignement en Parabole sur la nécessité du vêtement de noces.

= Lorsque le SEIGNEUR nous donne l'occasion d'enseigner, d'expliquer des choses à des personnes afin de les nourrir spirituellement, il peut arriver que quelqu'un fasse irruption dans la discussion, en nous rétorquant que notre manière d'enseigner ne rentre pas dans la manière habituelle de faire. Par exemple : nous n'avons pas fait d'études de théologie, nous n'avons pas été missionné-e par le prêtre de la paroisse, ou le responsable du temple, comme c'est le cas de JÉSUS dans ce passage d'Evangile. Une des caractéristiques de l'ESPRIT-SAINT, c'est qu'Il suscite des prises de parole notamment dans des contextes un peu inconfortables pour nourrir telle ou telle personne, car cela stimule notre foi de n'avoir pas forcément toute l'aisance requise (d'avoir une chaire, un rôle d'enseignant attitré, ...) et c'est un peu entre deux portes que nous allons répondre à la question de quelqu'un qui a besoin d'être nourri. Celui qui se permet de nous interrompre joue à l'enseignant, notre meilleure arme est donc de le questionner afin qu'il nous montre s'il est vraiment capable de donner des leçons ou si le reproche qu'il nous faisait n'était qu'une leçon sans consistance, une jalousie accompagnée d'une crainte que nous soyons en train de sortir du cadre. On peut par exemple demander : "Pensez-vous que lorsque nous serons au Ciel, chacun gardera son pré carré en veillant scrupuleusement à ne faire que ce qui relève strictement des missions que DIEU nous confiera, ou bien que chacun passera t-il son temps à aider les autres ?

 

5a : Lc 14, 1-24 : Guérison de l'homme hydropique.

"Un jour de sabbat, JÉSUS était entré dans la maison d’un chef des Pharisiens pour y prendre son repas. Or, voici qu’il y avait devant lui un homme atteint d’hydropisie (d’œdème)."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

Les Pharisiens l’observaient.

 

 

Question : « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? »

Ils gardèrent le silence.

 

 

Miroir sur l’attitude : Guérir sans parole. Tenant alors le malade, JÉSUS le guérit et le laissa aller.

Miroir : souligner comment eux se comportent en pareille situation : « Si l’un de vous a un fils ou un bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas aussitôt l’en retirer, même le jour du sabbat ? »

Et ils furent incapables de trouver une réponse. Les invités choisissent les premières places.

 

 

Enseignement avec conclusion à l’attention des invités : prendre la dernière place. « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé. »

Enseignement avec conclusion à l’attention de son hôte inviter ceux qui ne peuvent pas rendre. « Cela vous sera rendu à la résurrection des justes. »

…un des convives lui dit : « Heureux celui qui participera au repas dans le Royaume de DIEU ! »

 

 

Parabole du festin de noces = les places sont prises par ceux qui se rendent disponibles à l’appel du Seigneur.

= Dans une situation où l'on se sent observé-e, nous sommes normalement intimidé-e. Notre tentation peut être de ne rien faire de particulier (car trop risqué). Voyons cette situation comme un signal que nous recevons qu'il faut bien regarder autour de nous, le SEIGNEUR n'a t'il pas placé quelque-chose d'évident, une situation qui demande une action ? Une personne pauvre qui a faim ou à qui il manque un vêtement, par exemple ? Une personne qui nous apparaît de manière évidente manquer d'une parole d'encouragement ?

Afin d'avancer sans risques, faisons comme le CHRIST : avec une question qui ne parle pas de la personne de manière trop directe : par exemple : "Est-il permis de prendre dans le tas d'habits qui servent habituellement aux personnes qui partent en camp sur la paroisse, pour une personne qui n'a pas de quoi se vêtir ?"

La non-réponse de nos interlocuteurs nous permet d'avancer et de piocher dans le tas d'habits.

Et ensuite la porte est grande ouverte, si nous continuons à observer ce qui se présente, pour donner de petits enseignements.

 

2e : Jn 7, 32-36. 45-53 : Retour des gardes auprès des Pharisiens.

Les gardes envoyés arrêter JÉSUS reviennent "bredouilles" : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! » ( = témoignage/enseignement de simplicité)

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prennent les interlocuteurs ?

3 attaques, contre :

- gardes : accusés de stupidité

- chefs : accusés d’être seuls et marginaux

- peuple : accusé d’ignorance et d’être haï de DIEU

 

 

 

Faire silence la plupart du temps (car rapport hiérarchique)

 

Question : « notre loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? » 

= où sont les faits objectifs ? (plus facile lorsqu’on est d’égal à égal, comme Gamaliel.) 

Accusation, en entendant ces faits objectifs, d’être partial « Serais-tu toi aussi de Galilée ? » et intéressé « Cherche bien et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ! ».

Puis rentrent chacun chez soi.

 = En somme, lorsque des personnes sont très virulentes à l'encontre de quelqu'un ou d'un sujet important, on a le choix :

- Se risquer à poser des questions afin de laisser ces "enseignants" montrer leurs contradictions, mais il faut être prêt à se prendre des coups (levain des Pharisiens). Evidemment, il semble incontournable de confier dans la prière au préalable nos prises de parole.

- Ou simplement se borner à prier pour ces personnes, si on ne se sent pas de prendre la parole. Notre prière peut notamment consister à dire en bougeant nos lèvres, aux esprits qui agitent ces personnes en colère, des paroles de l'Evangile adressées aux Pharisiens, comme par exemple celles de Jean-Baptiste : "Engeance de vipères, qui vous a appris à fuir la colère qui vient? Produisez-donc des fruits dignes de conversion !" Nous serons étonné-e-s, car cela les fait fuir ! Nous constaterons en effet soit que la colère de notre interlocuteur s'estompe, soit qu'une autre personne que nous osera prendre la parole pour défendre ce qui fait l'objet de l'attaque.

 

2g : Jn 9, 13-41 : L’aveugle né (et ses parents) face aux questions des Pharisiens

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Comment peux-tu voir ? »

 

 

Donner des faits : « Il m’a mis de la boue sur les yeux. Je me suis lavé et je vois ».

« Et toi, que dis-tu puisqu’il t’a ouvert les yeux ? »

 

 

Donner son avis, comme on nous le demande : « C’est un prophète »

« Rends gloire à DIEU ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »

 

 

Devant la fausseté, répéter les faits : « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien. Mais il y a une chose que je sais, j’étais aveugle et à présent je vois. »

« Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? »

 

 

Devant une même question (fausseté) : demander pourquoi cette répétition.

On peut avec humour proposer candidement la réponse qu’on aimerait entendre : « serait-ce parce que vous voulez vous aussi devenir ses disciples ? »

« Nous savons que DIEU a parlé à Moïse, mais celui-là nous ne savons pas d’où il est ».

 

 

Devant un acte de foi d’incrédulité : Oui + glaive

- confronter cette assertion avec le fait : « voilà qui est étonnant : vous ne savez pas d’où il est et pourtant il m’a ouvert les yeux ! »

- Corriger l’assertion : « DIEU, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs… s’il n’était pas de DIEU il ne pourrait rien faire »

Être prêt à se prendre des coups (levain des Pharisiens) mais ensuite JÉSUS nous console !

« Tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance et tu nous fais la leçon ? » Et ils le jetèrent dehors.

= Le zèle que montre cet aveugle semble puisé dans la joie intérieure d'avoir été guéri. Il se raccroche sans cesse à cette conviction intérieure que Celui qui l'a tiré de cet état d'aveugle est du côté de la Vérité, et donc que toute accusation portée contre lui est nécessairement fausse. Alors, il ne cesse de répéter aux accusateurs "Mais alors, comment m'a t'il guéri s'il n'est pas de DIEU ?" et il rebondit à chaque fois que ses accusateurs font preuve de maladresse. Notre joie intérieure doit nous donner de l'assurance !

 

7e : Mt 22, 23-33 // Mc 12, 18-27 // Lc 20, 27-38 : Controverse avec les Saducéens sur la résurrection

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Maître, Moïse a dit : ‘Si un homme meurt sans avoir d’enfant, son frère épousera la veuve et donnera une descendance au défunt … à la résurrection, duquel des frères sera t’elle l’épouse, puisqu’elle leur a appartenu à tous ? »

(Cette parole des Saducéens tourne au ridicule le thème de la résurrection. Le risque pour JÉSUS est que sa réponse, si jamais elle était maladroite, soit immédiatement suivie de moqueries de la part de tout son auditoire et que JÉSUS, en entrant dans ces considérations tortueuses, fasse passer DIEU pour un Dieu tortueux et dont il faut se méfier).

 

Non + Glaive : « Vous êtes complétement dans l’erreur en méconnaissant les Ecritures et la puissance de DIEU. »

« A la résurrection, en effet, on ne se marie pas, mais on est comme les anges dans le ciel. »

Question Miroir avec la Parole de DIEU : « Au sujet de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu ce que DIEU vous a dit (dans le livre de Moïse au récit du buisson ardent) : ‘Moi je suis le DIEU d’Abraham, le DIEU d’Isaac, le DIEU de Jacob’ ? Il n’est pas le DIEU des morts, mais des vivants. »

Les foules qui l’avaient entendu étaient frappées par son enseignement.

= Il est certains sujets tellement mal posés, qu'entrer dans le débat ne ferait que donner du crédit à la manière dont on cherche à nous faire réfléchir. Par exemple : le respect de la vie. Cela ne se discute pas. Soit on la respecte, soit on la piétine. Une parole forte est attendue là-dessus et si nous sommes vraiment convaincu-e-s, alors disons simplement : "Non, je ne peux vraiment pas être d'accord là-dessus, car c'est un sujet trop important". Et ensuite : expliquer notre vision des choses. Ne pas hésiter à bien insister en répétant comme le fait JÉSUS sur ce qu'il faut retenir.

 

2-4 : LIER ET DÉLIER

5 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de faire descendre du ciel l'Esprit de prophétie, également appelé lier et délier : l'impôt à César, JÉSUS plus populaire que Jean-BaptisteLe Grand Commandement, Les Pharisiens qui croient en JÉSUS et Le projet de faire mourir JÉSUS.

 

♦ Situation

Quand la flatterie se fait sentir, ou notre réputation qui nous précède

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Omettre de prophétiser (et de permettre que le peuple de DIEU par nos mains remporte une grande victoire) :

  • Car on reste trop terre à terre.
  • Car on se laisse prendre par la diversion.
 

♦ Remède, défense

Ne pas donner de prise au piège de la jactance.

Ouvrir ou fermer une porte (c'est-à-dire prophétiser en parole et/ou en acte), en rebondissant sur ce que disent nos interlocuteurs, ou ce qu'ils ont dans les mains, ou le vêtement qu'ils portent...

Après, ceux qui nous attaquent nous laisse tranquilles !

 

6b : Mt 22, 15-22 // Mc 12, 13-17 // Lc 20, 20-26 : L’impôt à César

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Maître, nous le savons :

tu es toujours vrai

et tu enseignes le chemin de DIEU en vérité ;

tu ne te soucies de personne,

car ce n’est pas selon le visage que tu considères les gens.

Alors, donne-nous ton avis : est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? (Devons-nous payer ou ne pas payer ?)»

 

 

Imprécation : « Hypocrites ! »

1ère Question, sur l’intention : « Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? »

2ème Question, sur l’objet du monde : « Montrez-moi la monnaie de l’impôt. Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? »

« De César »

 

 

Conclure en rappelant le Projet de DIEU, afin de délier les bonnes et lier les mauvaises choses : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à DIEU ce qui est à DIEU. »

Ils furent tout étonnés. Ils le laissèrent donc et s’en allèrent.

 = Lorsque des personnes que nous connaissons (et dont nous soupçonnons la malveillance et/ou la légèreté) viennent à nous et commencent par nous flatter, nous avons la confirmation que ce que nous nous apprêtons à répondre risque de nous piéger. Dans ce cas, TAISONS-NOUS, appelons l'Esprit-Saint, on peut aussi dire intérieurement "Hypocrites" aux esprits invisibles qui cherchent à nous piéger afin d'avoir de l'air et trouver comment répondre à nos interlocuteurs.

La question "Pourquoi me demandez-vous cela ?" est un bon moyen de commencer notre prise de parole.

Puis, pendant qu'ils répondent, demandons au SEIGNEUR de nous aider à remarquer ce que nos interlocuteurs nous apportent d'intéressant (et qui a un lien avec leur question) pour amorcer la suite de notre prise de parole. Exemple : ils veulent savoir ce qu'on a dit à telle personne hier soir car ils en ont entendu parler mais veulent avoir plus de détails. Or, l'une des personnes qui nous interroge porte un vêtement à fleurs. La réponse adaptée peut donc être : "Je l'ai consolée car elle avait l'air triste, et aussi je lui ai jeté des fleurs car elle avait besoin qu'on l'encourage. Je suis sûr-e que vous auriez fait de même, non ?"

Je ne sais pas si l'exemple est bien choisi, mais en tous cas il montre que le piège pour nous, toujours dans cet exemple, est d'être indiscret-e en parlant de l'intimité de la personne qu'on a consolée, alors qu'en faisant comme JÉSUS avec l'impôt à César, grâce à notre réponse adaptée nous renvoyons à nos interlocuteurs qu'on a besoin d'eux non pour qu'ils racontent des "ragots", mais pour qu'ils apportent joie et consolation par eux-mêmes à ceux qui en ont besoin.

En tous les cas, notre réponse agit comme une parole prophétique !

 

 

4h : Jn 4, 1-3 : JÉSUS plus populaire que Jean-Baptiste.

"Les Pharisiens avaient entendu dire que JÉSUS faisait plus de disciples que Jean et qu’il en baptisait davantage."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

 

Fuir : JÉSUS lui-même en eut connaissance. Dès lors, il quitta la Judée pour retourner en Galilée.

Puis : ouverture du Royaume aux Samaritains (au puits de Jacob)

= Lorsque de manière répétée on a vent de notre réputation qui est excellente, même mieux que tel ou tel. Posons-nous la question de : "Ma place est-elle toujours ici ?" Généralement, il s'agit de signes que le SEIGNEUR nous envoie, afin de comprendre soit qu'il va nous falloir changer de mission (en Eglise, ou dans le travail par exemple), soit que la manière dont nous travaillons doit être changée afin que nous soyons moins mis-e sur un piédestal. Si nous le prenons en compte de manière sérieuse, alors la suite de notre mission sera encore très fructueuse. Sinon, notre fécondité va progressivement décroître, voire nous allons être attaqué-e, par exemple mis-e au pilori par des personnes jalouses.

 

6c : Mt 22, 34-46 // Mc 12, 28-34 // Lc 10, 25-28 : le grand Commandement.

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

Les Pharisiens, apprenant qu’il avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à JÉSUS pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »

 

 

Rappeler le Projet de DIEU et conclure « Tu aimeras le Seigneur ton DIEU de tout ton cœur, de toute ton âme, et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Dt 6, 5 ; Lv 19, 18). De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » = ce n’est pas dans le détail de vos 613 commandements qu’on trouve la réponse, mais dans le sens que le Seigneur a voulu donner à ces Lois.

Comme les Pharisiens se trouvaient réunis

 

 

Miroir : Question : « Quel est votre avis au sujet du Christ ? de qui est-il le fils ? » = voyons si vous allez répondre avec profondeur sur une autre question

« De David. »

 

 

Question sur le Projet de DIEU pour montrer le caractère incomplet de la réponse : « Comment donc David, inspiré par l’Esprit, peut-il l’appeler ‘Seigneur’ en disant : ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur : ‘Siège à ma droite jusqu’à ce que j’aie placé tes ennemis sous tes pieds’ ? Si donc David l’appelle Seigneur, comment peut-il être son fils ? »

=> à partir de ce jour, nul n’osa plus l’interroger.

= cette joute oratoire a conduit à ce que les Pharisiens arrêtent une bonne fois pour toutes à "discutailler" avec JESUS

= Toujours lorsque des personnes dont nous soupçonnons la malveillance ou la légèreté s'adressent à nous, avec des propos qui nous flattent, si comme pour JÉSUS ils nous posent une question en lien direct avec DIEU, ou la Bible, ou l'Eglise, si nous sommes quelqu'un qui prie de manière régulière et médite les Ecritures, il n'est normalement pas difficile de répondre, puis à notre tour de poser des questions en nous appuyant sur ce qui nous frappe chez nos interlocuteurs ou dans ce qui nous entoure.

 

4i : Jn 12, 42 : Les Pharisiens qui croient en JÉSUS.

"Cependant, même parmi les chefs du peuple, beaucoup crurent en lui"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prennent ceux qui sont persécutés ?

 (Persécution : exclure des assemblées ceux qui croient en JESUS)

Etre discrets : à cause des Pharisiens ils ne le déclaraient pas publiquement, de peur d’être exclus des assemblées

= l'Evangélisation massive des Pharisiens est sous-entendue, ici, grâce à tous ceux qui par leur discrétion évitent d'augmenter la colère de ceux qui n'aiment pas JESUS)

= Lorsque la grâce de DIEU passe (à travers un évènement où l'on sent que cela apporte un lot de belles réflexions, par exemple), certains réagissent mal car ils ne sont pas en paix avec cela. A nous de reconnaître leur énervement comme un "feu rouge" : le SEIGNEUR nous donnera d'autres occasions de leur témoigner sur ce sujet où ils sont en train de passer leur énervement. Mais si nous nous sentons d'entrer dans le débat et que nous n'avons pas peur de nous faire insulter ou secouer, alors : se reporter à l'épisode : le retour des gardes auprès des Pharisiens  ci-dessus.

 

4g : Jn 11, 45-57 : Projet de faire mourir JÉSUS.

"A partir de ce jour-là, [décision prise suite à la résurrection de Lazare], ils décidèrent de le tuer."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

 

Fuir : c’est pourquoi JÉSUS ne se déplaçait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Ephraïm où il séjourna avec ses disciples.

= appel à évangéliser vers la ville d'Ephraïm

Dans le cas où des personnes nous déclarent ouvertement la guerre, on se retrouve un peu dans la même situation que JÉSUS plus populaire que Jean-Baptiste ci-dessus.

 

2-5 : BÉNIR

 

♦ Situation

Amertume / jalousie qui se fait sentir.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Récriminer nous aussi contre nos frères.

Se laisser gagner par la colère.

 

♦ Remède, défense

"Enchaîner" les raisons de se réjouir et bien les souligner.

Ne pas chercher à ôter l’amertume par la force.

Bénir trois fois.

 

2 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de bénir : Les 3 Paraboles de la Miséricorde et La femme critiquée pour le parfum gaspillé.

3g : Lc 15 : Les 3 Paraboles de la Miséricorde.

"Les publicains et les pécheurs venaient tous à JÉSUS pour l’écouter. Les Pharisiens et les scribes récriminaient contre lui."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs et il mange avec eux ! »

 

 

1ère Parabole (Brebis perdue) + souligner la joie (« Je vous le dis… ») => donne un sens à la sècheresse lorsque DIEU va chercher l’un de nos frères.

2ème Parabole (Pièce perdue) + souligner la joie (« Je vous le dis… ») => invitation à allumer la lampe de notre bienveillance, balayer nos préjugés et chercher nos frères.

3ème Parabole (Fils prodigue) + encore la joie  => vue de la mort vaincue et vie retrouvée nous apportent la joie. Réapprendre à bénir.

= Lorsqu'une personne se met à critiquer quelqu'un car elle a été blessée (elle ne se sent pas considérée, on lui a mal parlé, elle ne se sent pas assez rémunérée...) : le moyen employé par JÉSUS est de pointer les choses positives que nous voyons et de bien les souligner, et ne surtout pas essayer de forcer la personne à quitter sa colère intérieure car elle seule peut le décider (et nous risquons nous-même de nous énerver). Exemples :

  • Mais au moment où elle t'a dit cela, elle cherchait sûrement à t'annoncer une bonne nouvelle car d'habitude elle ne parle pas de ces choses-là. Ne trouves-tu pas que même si elle a été maladroite avec toi, cela est extrêmement positif ?
  • C'est vrai que dans notre entreprise, niveau rémunération on pourrait faire mieux. Mais ne trouves-tu pas que tous les RTT que nous avons, cela nous donne une grande liberté ? Et le fait que nous puissions les poser de manière assez libre, n'est-ce pas génial ?

 

7b : Mt 26, 6-16 // Mc 14, 1-11 : La Femme critiquée pour le parfum gaspillé.

"Comme JÉSUS se trouvait à Béthanie dans la maison de Simon le lépreux, une femme s’approcha, portant un flacon d’albâtre contenant un parfum de grand prix. Elle le versa sur la tête de JÉSUS, qui était à table. Voyant cela, les disciples s’indignèrent en disant :"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« A quoi bon ce gaspillage ? On aurait pu, en effet, vendre ce parfum pour beaucoup d’argent, que l’on aurait donné à des pauvres. »

 

 

Souligner la beauté du geste : « Pourquoi tourmenter cette femme ? Il est beau, le geste qu’elle a fait à mon égard. »

Souligner la chance d’être en présence du Christ : « Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »

Souligner la pureté d’intention et bien insister : « Si elle a fait cela, si elle a versé ce parfum sur mon corps, c’est en vue de mon ensevelissement. »

Amen, je vous le dis : partout où cet Évangile sera proclamé – dans le monde entier –, on racontera aussi, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire. »

Ici, la situation est la même que précédemment, mais notre interlocuteur centre sa tristesse sur un objet ; autrement dit : il ignore complètement ce que la personne a voulu faire et ne parle que de gaspillage, de manière un peu matérialiste. Notre rôle est de nous appuyer sur les usages de cet objet afin de montrer qu'au contraire, il n'y avait pas meilleure façon de dépenser, d'utiliser cet objet. En faisant cela, nous ramenons progressivement le regard de notre interlocuteur sur la personne qui a utilisé l'objet. Exemple :

  • "Il y a des mouches partout depuis que untel a apporté une plante verte au bureau ! Il aurait pu apporter des croissants à la place" Réponse possible : "Il a fait cela afin de mettre de la vie dans ce bureau sans vie. Ne trouves-tu pas cela beau ?" "De la nourriture, on en mange tous les jours, alors que des jolies plantes, on n'en voit pas forcément". "Personnellement, je suis toujours admiratif des personnes qui apportent des choses gratuitement au bureau". "J'espère que d'autres personnes feront comme elle, de partager ce qui est beau de manière gratuite".

 

2-6 : GUÉRIR, PURIFIER, FORTIFIER

 

♦ Situation

Après avoir opéré une guérison, purifié, fortifié, ou avoir vécu un moment de grâce : groupe de prière, messe...

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Ôter l’action de grâce afin de faire perdre les bénéfices de la guérison/fortification par l’angoisse, le trouble, le découragement (suspicion que notre action ou celle de nos frères est néfaste).

 

♦ Remède, défense

Aller dans le sens de ceux qui nous attaquent et par des exemples, pousser le raisonnement jusqu’à l’absurde.

Puis : insister sur la reconnaissance de la guérison/fortification, qui permet de sceller celle-ci.

 

2 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de guérir, purifier, fortifier : "Il expulse les démons par Beelzéboul !" et Le signe de Jonas.

4e : Mt 12, 22-37 // Mc 3, 22-30 // Lc 11, 14-23 : Il expulse les démons par Beelzéboul !

"Alors on lui présenta un possédé qui était aveugle et muet. JÉSUS le guérit, de sorte que le muet parlait et qu’il voyait. Toutes les foules étaient dans la stupéfaction et disaient : « Cet homme ne serait-il pas le fils de David ? » En entendant cela, les Pharisiens disaient :"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Il n’expulse les démons que par Béelzéboul, le chef des démons. » (=péché contre l’Esprit-Saint.)

 

 

Prendre le temps de réfléchir lors de la 1ère fois qu’on entend ce genre d’accusation (déjà produit en 4d Mt 9, 34-35) – c’est DIEU qui nous prévient et nous donne du temps pour lui demander quoi répondre.

Miroir : 1) Oui + Glaive, avec 1ère Parabole + Question : « Tout royaume divisé contre lui-même deviendra un désert… Si Satan expulse Satan…, comment son royaume tiendra-t-il ?

2) Question : « Et si c’est par Béelzéboul que moi, j’expulse les démons, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.

3) Assertion corrigée : « Mais si c’est par l’Esprit de DIEU que moi, j’expulse les démons, c’est donc que le règne de DIEU est venu jusqu’à vous. »

2ème Parabole : nécessité de ligoter l’homme fort avant de piller sa maison (= vous ne l’avez peut-être pas vu, mais j’ai ligoté le démon).

2ème Assertion, doublée : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. »

3ème Assertion : mise en garde : C’est pourquoi, je vous le dis : tout péché, tout blasphème, sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit-Saint ne sera pas pardonné…

3ème Parabole : on reconnaît l’arbre à ses fruits

Imprécation : « Engeance de vipères ! »

Question : « Comment pouvez-vous dire des paroles bonnes, vous qui êtes mauvais ? »

4ème Assertion : « Car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur… »

Jugement : « Toute parole creuse que prononcent les hommes, ils doivent en rendre compte au jour du jugement. » (A l’inverse, d’autres personnes témoignent avoir par nous été guéris, purifiés, fortifiés.)

= Exemple concret : en sortant de la messe, quelqu'un vient me voir, très énervé et me dit que le prêtre a dit telle chose qui était complètement fausse durant son homélie, et qu'il trouve cela scandaleux. Il se trouve que sur ce sujet-là, je m'énerve vite, d'ailleurs je n'avais pas remarqué que le prêtre avait dit cela, mais cela ne rate pas : voilà : je suis moi aussi très énervé-e.

Cet évènement qui, systématiquement, m'apporte un trouble intérieur en sortant de la messe, est normalement un signal que c'est encore le bon moment de dire MERCI au SEIGNEUR pour toutes les grâces de l'Eucharistie que nous venons de vivre : la Parole que nous avons lue ensemble, les petites perles que le prêtre qui avait prié nous a livrées dans son homélie, JESUS qui est venu en moi, ...

Donc, logiquement, si ce paroissien me témoigne de son énervement d'avoir entendu cela, c'est à moi de répondre : "Attends, OK, le prêtre s'est peut-être trompé dans ce qu'il a dit, et qu'il se soit trompé ou non, l'enjeu de ce moment que nous sommes en train de vivre est de poursuivre notre action de grâce, plutôt que de maudire DIEU et qu'Il arrête de nous donner plein de grâces suite à cette Eucharistie. Alors je te propose qu'ensemble, nous fassions comme JESUS avec les Pharisiens, mais ce coup-ci en nous adressant aux mauvais esprits :

Miroir : 1) Oui + Glaive, avec 1ère Parabole + Question : « ça a l'air de vous amuser, de nous inspirer le souvenir de cette parole du prêtre, et c'est vrai qu'il a peut-être été maladroit en disant cela. Mais n'avez-vous pas remarqué toutes les autres choses qu'il a dites, quel bel éclairage il nous a apporté sur la Parole de DIEU, comme le font d'ailleurs tous les prêtres et enseignants qui ont parlé de DIEU à toutes les époques (Moïse, Aaron, Sadoq, Esdras,..)  ?

2) Question : « Et si ce prêtre se trompe tant que cela, ceux qui sont vos disciples, tous ces sectaires, ces sorciers, ces magiciens, ne sont-ils pas bien plus à blâmer ? C’est pourquoi c'est vous-mêmes qui méritez qu'on vous condamne ! »

3) Assertion corrigée : « Mais si ce prêtre en disant cela, cherchait à faire venir le règne de DIEU, c’est donc que le règne de DIEU est venu jusqu’à vous. Alors vous pouvez trembler devant le TOUT PUISSANT! »

Vous remarquerez que ce type d'attaque arrive quasiment chaque dimanche à la fin de la messe, où comme par hasard on se remémore ce que telle personne (qui était présente) nous a fait et qui nous a blessé-e, ce qui provoque un énervement immédiat. Comme si ça servait à quelque-chose de se complaire dans cette pensée négative dans ce moment de grâce (ne pensons surtout pas que cette pensée vient de nous). Et au passage, profitons-en pour demander au SEIGNEUR de finir de guérir cette blessure qu'il nous reste, par laquelle nous sommes attaqué-e.

 

5b : Mt 12, 38-45 // Mt 16, 1-4 // Lc 11, 24-32 : Le signe de Jonas.

Juste après la guérison du possédé muet :

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi. »

 

 

Imprécation : « Cette génération mauvaise et adultère… »

Oui + Glaive : Parabole avec la Parole de DIEU « …réclame un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. »

Explication avec 2nde Parole de DIEU : « En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits,… »

Prophétie : « …le fils de l’homme restera de même au cœur de la terre trois jours et trois nuits. »

3ème Parole de DIEU + 2ème Parabole + Jugement : Ninivites convertis à la proclamation de Jonas = reconnaître les prophètes

4ème Parole de DIEU + 3ème Parabole + Jugement : reine de Saba à l’écoute de Salomon = reconnaître les sages

4ème Parabole + jugement : 7 démons plus méchants qui reviennent = l’incrédulité des prêtres/enseignants fait qu’au final ils font bien plus de mal que de bien car ils découragent les bonnes volontés.

= Toujours à la fin d'une messe : une personne vient nous voir et nous fait une remarque désobligeante sur le service que nous avons rendu (lire une lecture, animer, faire la quête) : nous n'aurions pas dû faire comme cela, ou bien nous avons oublié de faire ça. Réponse possible : "Avec toutes les grâces que nous avons reçues à cette messe, vous estimez que c'est le meilleur moment pour ce genre de considération ! Si dans les pays où il y a des persécutions, les chrétiens avaient accès à la messe, ils auraient béni le SEIGNEUR pour toutes les grâces reçues ! C'est pourquoi je vous le dis, au jour du jugement, ces personnes seront vos juges !

 

2-7 : GARDIENS DU SANCTUAIRE

 

♦ Situation

Dérangement pendant l’action ou la prière. 

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

S’arrêter, du fait de :

  • Prendre peur.
  • Privilégier une chose moins bonne.
 

♦ Remède, défense

Avec assurance, rappeler le Projet de DIEU afin se servir de ces interventions (intempestives) comme tremplin pour renforcer notre action/prière.

 

2 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de garder le sanctuaire : Hérode chercherait à faire mourir JÉSUS et La Mère et les Frères de JÉSUS.

4c : Lc 13, 31-35 : Hérode chercherait à faire fuir JÉSUS

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Pars, va-t’en d’ici : Hérode veut te tuer ».

 

 

1ère Réponse en Miroir : « Allez dire à ce renard… » = après m’avoir prévenu, prévenez-le à votre tour que je n’ai pas peur.

2ème Miroir, en rappelant le Projet de DIEU : « …voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons… » = j’assume ma mission et contrairement à vous je révèle mon but, qui est la purification et la guérison.

Appuyer par 2 citations de la Parole de DIEU : « …aujourd’hui et demain, et, le troisième jour, j’arrive au terme (Os 6, 2). Mais il me faut continuer ma route aujourd’hui, demain et le jour suivant, car il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem » (cf. Somme Théol. 3a Q46 a10 - passage où Thomas d'Aquin a commenté pourquoi, d'un point de vue biblique, on peut affirmer qu'un prophète ne doit pas périr en dehors de Jérusalem).

3ème Miroir, en rappelant le Projet de DIEU : « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu ! » = votre fausseté cache le fait que c’est vous qui tuez les prophètes.

Jugement : « Voici que votre Temple est abandonné à vous-mêmes. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vienne le jour où vous direz : ‘Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !’ » = vous avez voulu m’empêcher de garder le Sanctuaire, c’est vous qui vous retrouverez seuls dans ce sanctuaire, qui deviendra une ruine.

= Transformation de l'attaque (angoisse) en parole assurée qui scelle ma mission devant tous. Cela peut également être une angoisse personnelle que je ressens à un moment où je suis seul-e, à laquelle je réponds de manière assurée que ma mission n'est pas terminée, afin de contrecarrer cette angoisse et d'en "saisir les fruits".

Autre exemple : "Telle personne a appris que tu as fait cela." (et cela me provoque une angoisse car je ne sais pas comment elle va réagir.) A moi de répondre en rappelant le projet de DIEU : "Effectivement, le SEIGNEUR a besoin que telle chose soit faite, c'est son projet. Et si ça se sait, c'est tant mieux ! JÉSUS avait montré qu'en disant avec fierté : "le SEIGNEUR a besoin de cet âne", la personne n'opposerait pas de résistance pour prêter sa bête de somme, alors moi aussi je vois bien que je n'ai pas à rougir de faire le travail que le CHRIST me demande, car comme la pluie et la neige descendent des cieux et n'y remontent pas sans avoir accompli leur mission, rien n'arrête le projet de DIEU."

 

7a : Mt 12, 46-50 // Mc 3, 31-35 : La mère et les frères de JÉSUS

"Comme JÉSUS parlait encore à la foule, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Ta mère et tes frères sont là qui cherchent à te parler ».

 

 

Question de fond : JÉSUS répondit à cet homme : « Qui est ma mère et qui sont mes frères ? »

Rappeler le Projet de DIEU : Puis, tendant la main vers ses disciples : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux (et qui la met en pratique), celui-là est pour moi un frère, une sœur ou une mère. » = je vous confirme que je suis bien en train de mettre en priorité de garder le Sanctuaire en enseignant mes frères, sœurs et mère(s).

= Dépasser notre habitude de contenter des personnes, pour ne plus regarder que notre mission. Cela se produit lorsque nous sommes en grande discussion avec une personne, sur des sujets importants, et qu'une autre personne qu'on connaît arrive. Notre tentation est de nous arrêter, alors que nous pouvons aussi dire "Bonjour" à l'autre et poursuivre la discussion.

 

2-8 : BÂTIR DES AUTELS

 

♦ Situation

Notre vie spirituelle se trouve remise en question.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Etre troublé-e, suite à :

  • Une moquerie relative à un fondement de notre vie spirituelle.
  • Une remarque sur un manque dans notre vie spirituelle.
 

♦ Remède, défense

Retourner sur nos interlocuteurs leurs propres limites ;

Puis délimiter les autels.

 

2 passages d'Evangiles sont présentés ici qui montrent comment assumer ce rôle de bâtir des autels : La moquerie suite à la Parabole de l'économe trompeur et La question sur le jeûne. 

2d : Lc 16, 1-15 : La moquerie suite à la Parabole de l'Econome trompeur.

Parabole de l’Econome trompeur… « Vous ne pouvez pas servir à la fois DIEU et l’argent. »

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

Quand ils entendaient cela, les Pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient JÉSUS en dérision.

 

 

Réponse en Miroir avec le Projet de DIEU : « Vous êtes de ceux qui se font passer pour justes aux yeux des gens, mais DIEU connaît vos cœurs, car ce qui est prestigieux chez les hommes est une chose abominable aux yeux de DIEU. » (1 S 2, 6-9 ; …)

= Dévoiler le fait que la dérision cache en réalité qu’ils cherchent à fuir ce commandement, cet autel.

= Ne pas me laisser perturber par une moquerie, en dévoilant les intentions secrètes de ceux qui me ridiculisent (en public) ou qui me tentent (lorsqu'une pensée me vient que je suis ridicule dans ce que je fais.)

Tant mieux si je suis humble et que je me remets en question, mais lorsque je suis en train de parler du SEIGNEUR et que des personnes se moquent, c'est d'abord du SEIGNEUR qu'on ose se moquer, donc il paraît normal que je prenne Sa défense.

 

3d : Mt 9, 14-15 // Mc 2, 18-22 // Lc 5, 33-39 : Question sur le jeûne

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, comme les disciples de Jean et ceux des Pharisiens ? »

 

 

Parabole et Question : « Les invités de la noce pourraient-ils donc jeûner pendant que l’Epoux est avec eux ? »

Réponse en Miroir : « Tant qu’ils ont l’époux, ils ne peuvent pas jeûner. » = n’imposez pas à ceux qui embrassent la nouvelle Alliance des préceptes qui ne sont indispensables qu’à ceux de l’Ancienne Alliance

Oui + Glaive : « Mais un temps viendra où l’époux leur sera enlevé, ce jour-là ils jeûneront. » = ce précepte est bel et bien important, mais au moment que DIEU décide.

2ème Parabole + conclusion : « Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d’étoffe neuve ; autrement la pièce neuve tire sur le vieux tissu et le déchire davantage. » = danger pour vous d’arrêter le jeûne : vos blessures vous feront chuter car vous n’avez pas l’autel adapté.

3ème Parabole + conclusion redoublée : « Ou encore : personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement la fermentation fait éclater les outres et l’on perd à la fois le vin et les outres. A vin nouveau, outres neuves. » = si vous ne contractez pas l’Alliance Nouvelle en détruisant votre autel (votre manière un peu trop légaliste de penser) et en acceptant de reconstruire le mien à la place, arrêter de jeûner vous serait mortel.

2ème Conclusion : « Jamais celui qui a bu du vin vieux ne désire du nouveau. Car il dit : « ‘C’est le vieux qui est bon’ ». = seule une transformation complète de vos êtres permettrait d’entrer dans ce mystère, de profiter de cet autel.

= Lorsqu'une personne d'une autre confession religieuse m'interroge :

  • 1er exemple : "Pourquoi ne faites-vous pas la messe en latin ? Car nous, c'est le cas et il me semble que c'est la seule messe valide." Réponse possible :
    • Miroir : "Les Catholiques ont l'époux avec eux : JÉSUS présent en la personne du Pape qui reçoit l'éclairage nécessaire pour apporter les lumières nécessaires à chaque époque, et celui-ci ne leur a pas imposé la messe en latin comme la seule valide."
    • Oui + glaive : "C'est vrai que la messe en latin est une Tradition beaucoup plus ancienne et éprouvée. Mais le charme de la Tradition, n'est-il pas d'être revisitée par l'Esprit-Saint régulièrement ?"
    • Parabole : "JÉSUS a expliqué que lorsqu'on est habitué au vieux vin, on ne souhaite pas boire du vin nouveau. Pour d'autres personnes, qui ont habitué leur palais au vin vieux et au vin nouveau, comme c'est le cas de beaucoup de Catholiques, celle-ci savent du coup profiter des richesses complémentaires de la messe selon le rite tridentin et selon le rite de Paul VI.
  • 2nd exemple : "Nous les Musulmans, nous sommes la religion qui est l'évolution de la religion chrétienne".
    • Miroir : "C'est vrai que nous avons la chance d'avoir un DIEU d'Amour qui nous fait sans cesse évoluer dans l'Amour".
    • Oui + glaive : "Effectivement, la Bible et le Coran ont plein de points communs. Par contre, le Coran affirme que JÉSUS n'est jamais mort sur la Croix et qu'Il n'est pas DIEU, et ça, pour un chrétien, ce n'est pas vraiment une évolution, car la Croix et la divinité du CHRIST sont des éléments essentiels de toute la Bible."
    • Parabole : "Une personne qui pratique une religion n'est-elle pas censée pratiquer tous les préceptes de cette religion ? Sais-tu que dans le Coran il est spécifié que tout Musulman est censé lire la Bible ? Ne penses-tu pas que ce serait intéressant de le faire ?"

 

2-9 : JUGE

 

♦ Situation

Alors qu’on s’apprête à (ou qu’on est en train) d’éclairer quelqu’un en lui parlant de DIEU.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Semer le doute, scandaliser en insinuant que la lumière de celui qui enseigne est mauvaise.

 

♦ Remède, défense

Aller dans le sens de ceux qui nous décrédibilisent, pousser le raisonnement à l’absurde puis leur montrer en quoi ils se condamnent eux-mêmes.

 

3c : Mt 9, 9-13 // Mc 2, 13-17 // Lc 5, 27-32 : Repas avec les publicains et les pécheurs

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » = critique à l’encontre du maître devant les disciples

 

 

Oui + Glaive (JÉSUS s'appui sur sa conscience qui est droite et qui lui donne de l’assurance): « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. »

Miroir : « Allez donc apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice. »

Miroir 2 : « En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent »

= dévoiler que ceux qui se permettent de juger les autres sont en réalité les plus dans la position d’être jugés
- la vraie impureté est de ne pas se reconnaître pécheur devant DIEU
- et d’oublier la miséricorde.

= Souvent quand j'ai une pensée de jugement à l'égard des autres, j'ai intérêt à bien me dire qu'elle ne vient pas de moi mais d'un autre qui me la souffle. Pour le mettre en fuite, je peux faire comme JÉSUS : (Oui + glaive) : "oui, c'est vrai : d'ailleurs moi aussi j'ai ce défaut-là)." (Miroir) "D'ailleurs, pardon SEIGNEUR pour ce défaut que j'ai et vous qui me tentez, demandez pardon ou fuyez à jamais dans le Nom de JÉSUS !"

 

2f : Jn 8, 2. 12-20 : JE SUIS la Lumière du monde.

"Au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il se mit à enseigner : « Je suis la Lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. »"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Tu te rends témoignage à toi-même, ce n’est donc pas un vrai témoignage ».

 

 

Oui + Glaive (en s’appuyant sur sa conscience qui nous donne de l’assurance) : « Oui, moi je me rends témoignage à moi-même, et pourtant mon témoignage est vrai car je sais d’où je suis venu et où je vais ;

Miroir : « mais vous, vous ne savez ni d’où je viens, ni où je vais » = vous n’êtes pas assurés, vous n’avez pas les idées claires.

Miroir 2 : « Vous, vous jugez de façon purement humaine ; moi je ne juge personne ».

Jugement : « Et s’il m’arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul : j’ai avec moi le Père qui m’a envoyé…

« Où est-il, ton père ? »

 

 

Miroir 3 : « Vous ne me connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. »

Il prononça ces paroles alors qu’il enseignait dans le Temple, du coté du Trésor, et personne ne l’arrêta parce que son heure n’était pas encore venue. Le Trésor : le lieu de la dîme de la dîme, c’est-à-dire de l’être profond (Ne 10, 38 ; 2 M 3, 24-28).

= Exemple : je viens de suggérer à un ami (qui se plaint souvent) de demander au SEIGNEUR de le visiter avant de s'épancher auprès de ses amis, afin que DIEU l'aide à porter ses difficultés et de ne pas transmettre de grandes angoisses autour de lui. Il me répond en s'énervant : "Tu te permets de me culpabiliser !" (Il me juge en déclarant que je suis en train de le juger.) Comment lui répondre ? (Oui + Glaive) : "Oui, tu as raison, je juge que transmettre des angoisses sans aucun filtre n'est pas une bonne chose ni pour toi ni pour tes amis. En revanche, ce que je proclame n'est pas un jugement mais une déclaration d'Amour : DIEU nous fait Miséricorde par JÉSUS et Il n'attend qu'une chose : que nous profitions du fait qu'Il peut se charger de toutes nos angoisses afin que ce que nous disons soit moins corrosif pour nos amis. (Miroir à nouveau). Mais si tu te permets de me dire que je te culpabilise, c'est peut-être que tu peux t'habituer à voir la Miséricorde du SEIGNEUR dans ce que les gens te disent et non des paroles de jugement. Car si on te dit que ta voiture marcherait mieux avec de l'essence qu'avec du gasoil car c'est écrit "SP95" dessus, vas-tu te sentir culpabilisé également ?"

 

2h : Jn 8, 31-59 : Les descendants d'Abraham

"JÉSUS disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ? »

 

 

Oui + Glaive : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. »

Oui + Glaive : « Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. »

« Notre père, c’est Abraham. »

 

 

Oui + Glaive : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de DIEU. Cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous, vous faites les œuvres de votre père. »

« Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est DIEU. »

 

 

Oui + Glaive : « Si DIEU était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de DIEU que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé.

Question Miroir : « Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? – C’est que vous n’êtes pas capables d’entendre ma parole. »

« Vous, vous êtes du diable, c’est lui votre père, et vous cherchez à réaliser les convoitises de votre père. Depuis le commencement, il a été un meurtrier. Il ne s’est pas tenu dans la vérité, parce qu’il n’y a pas en lui de vérité. Quand il dit le mensonge, il le tire de lui-même, parce qu’il est menteur et père du mensonge.

Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. »

2 Question Miroir : « Qui d’entre vous pourrait faire la preuve que j’ai péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ? »

Conclusion : « Celui qui est de DIEU écoute les paroles de DIEU. Et vous, si vous n’écoutez pas, c’est que vous n’êtes pas de DIEU. »

 

2-10 : GARDIEN DES CHOSES SAINTES

 

♦ Situation

Nous sommes en train de (ou nous nous apprêtons à) passer un moment de qualité avec une personne sous notre responsabilité.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

  • Attirer notre opprobre sur une personne de notre groupe (ou notre conjoint) et briser la relation.
  • Instiller ou maintenir une interprétation déformée de la tradition, qui dégrade la qualité de nos relations.
 

♦ Remède, défense

Faire mémoire du Projet de DIEU (qui n’est que relation).

 

3f : Mt 15, 1-14 // Mc 7, 1-23 : Bien se laver les mains.

"Des Pharisiens (…) voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées."

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? »

 

 

Miroir : 1) Question : « et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de DIEU au nom de votre tradition ? »

2) Rappeler le Projet de DIEU sur une situation comparable : « DIEU a dit : Honore ton père et ta mère… les ressources que vous déclarez corban. Ainsi, vous avez annulé la Parole de DIEU au nom de votre tradition ! » (Ex 20, 12 ; Ex 21, 17).

3) Imprécation : « Esprits faux ! »

Projet de DIEU : Isaïe a bien prophétisé à votre sujet : ‘Ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est loin de moi. Il est inutile, le culte qu’ils me rendent. Les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. » (Is 29, 13).

Enseigner sur les choses saintes : « Ecoutez et comprenez bien : ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur… »

 

3b : Mt 19, 3-9 // Mc 10, 1-12 : La répudiation de sa femme.

"Des Pharisiens s’approchèrent de lui pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent :"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? »

 

 

Rappeler le Projet de DIEU avec Question + Parole de DIEU : « N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme, et dit : ‘À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. » (Gn 1, 27 ; 2, 24).

Redire la Parole de DIEU : « Ainsi, ils ne seront plus deux, mais une seule chair. »

Enseigner sur les choses saintes : « Donc, ce que DIEU a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

« Alors pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? »

 

 

En cas de question redondante : Miroir puis rappeler à nouveau le Projet de DIEU : « c’est en raison de la dureté de votre cœur… mais au commencement il n’en était pas ainsi. »

Jugement : « Or, je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme – sauf en cas d’union illégitime – et qu’il en épouse une autre, il est adultère. »

Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à la femme, il n’y a pas intérêt à se marier. »

Trouver le Projet de DIEU : sur la situation (sainte) des eunuques pour le Royaume des Cieux.

 

2-11 :   MAINTIEN DU FEU DE L’AUTEL

 

♦ Situation

Dans un moment intense spirituellement : interrompu-e par des arguments terre à terre, des préjugés (interlocuteurs d’abord étonnés puis choqués).

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Etre aveuglé-e par les convenances

Croire que ce que nous faisons ou qui dépend de nous ne peut pas être sanctifié par DIEU.

 

♦ Remède, défense

Proclamer (Parler avec assurance) du Royaume de DIEU qui avance toujours malgré les refus.

 

3h : Lc 19, 37-40 : La honte de la vue des disciples.

"Alors que JÉSUS approchait du Mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer DIEU à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus et se disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » Quelques Pharisiens qui se trouvaient dans la foule, dirent à JÉSUS :"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Maître, réprimande tes disciples ! »

 

 

Proclamer que le Projet de DIEU ne s’arrête jamais : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront » (Ha 2, 11)
 = même sans vous (qui croyez que le Royaume de DIEU est dépourvu d’allégresse), le feu de l’autel restera toujours allumé.

 

7g : Mt 13, 54-58 // Mc 6, 1-6 // Lc 4, 16-24 : Cette parole, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit.

"Il alla dans son pays, et il enseignait les gens dans leur synagogue, de telle manière qu’ils étaient frappés d’étonnement et disaient :"

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N’est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle t-elle pas Marie et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ? Alors d’où lui vient tout cela ? » Et ils étaient profondément choqués à cause de lui.

 

 

Proclamer que le Projet de DIEU ne s’arrête jamais : « Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie et sa propre maison ». Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là à cause de leur manque de foi. = même sans vous (qui croyez que les prophètes sont désincarnés), le feu de l’autel restera toujours allumé.

« Sûrement, vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm, fais donc de même ici dans ton pays !’ »

Proclamer par 2 autres exemples dans la Parole de DIEU que le Projet de DIEU ne s’arrête jamais : « en vérité je vous le déclare :

·       Elie et la veuve de Sarepta : DIEU nourrit ceux qui ont la foi (1 R 17, 9)

·       Elisée et Naaman le Syrien : DIEU guérit ceux qui ont la foi. (2 R 5, 1-14)

A ces mots, tous dans la synagogue devinrent furieux (remplis d’écume). Ils se levèrent, poussèrent JÉSUS hors de la ville et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas.

En poussant à bout ses interlocuteurs, JÉSUS :

  • Récupère les grâces qu’ils refusent (grâces qui nourrissent et qui guérissent – cf. Elie et Elisée ci-dessus) afin de les répartir entre les autres spectateurs de la scène.
  • Met à nu leur fondement (montagne sur laquelle leur ville est construite) : la superficialité et la méchanceté. D’ailleurs, leur superficialité se révèle aussi dans le fait que leur effet est superficiel : ils n’arrivent pas à finaliser le meurtre (JÉSUS leur échappe).

 

Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

 

2-12 : ORACLE

 

♦ Situation

Discussion avec une personne sceptique (qui n’est pas en mesure de recevoir des choses trop spirituelles) ; ou impatience personnelle.

 

♦ Risque (Levain des Pharisiens)

Nous tenter de mettre DIEU à l’épreuve afin de justifier notre mission :

  • En accomplissant un signe
  • En révélant quelque-chose que le Seigneur ne nous a pas demandé de dire.
 

♦ Remède, défense

Montrer le chemin, mais laisser chercher l’autre.

Accepter de donner une réponse ou signe « soft ».

 

5c : Mt 16, 1-4 // Mc 8, 11-13 : Discerner les Signes des Temps

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi. »

 

 

Gémissement intérieur : « JÉSUS soupira au plus profond de lui-même » = probablement afin d’implorer la miséricorde du Père sur ces personnes qui tentent DIEU, car DIEU répond toujours à ceux qui l’interrogent, mais se retrouve obligé de porter une condamnation leur manque de foi.

Miroir : souligner comment eux se comportent sur la partie terrestre de la question : « Quand vient le soir, vous dites : ‘Voici le beau temps, car le ciel est rouge.’ Et le matin, vous dites : ‘Aujourd’hui, il fera mauvais, car le ciel est d’un rouge menaçant’

Imprécation : « Hypocrites ! »

Question Miroir : souligner l’écart entre cette situation et la question : « Vous savez interpréter l’aspect du ciel et de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ? »

Conclure : « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe… = vous êtes incrédules

Répondre avec un signe adapté issu de la Parole de DIEU : …mais (en vérité je vous le dis) : en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe de Jonas. »

Couper court afin de ne pas perdre les fruits de la discussion : Alors il les abandonna et partit.

 

4b : Lc 17, 17-21 : Discerner quand vient le Règne de DIEU

Intervention des Pharisiens

Quelle attitude adopter ? Comment s’y prend le CHRIST ?

« Quand viendra le Règne de DIEU ? »

 

 

Souligner l’écart entre la question posée et la vérité : « La venue du Règne de DIEU n’est pas observable. On ne dira pas : ‘Voilà, il est ici ! ou bien : ‘Il est là !’ »

Répondre avec un signe adapté : En effet, voici que le règne de DIEU est au milieu de vous. » (Ex 10, 1 ; Ex 11, 4, …)

 

Conclusion sur le Levain des Pharisiens

  

 

MENU : CONFÉRENCES "PRÊTRES, PROPHÈTES ET ROIS" ^^^ 
Conférence précédente : LE LEVAIN DES PHARISIENS 2 <<<

 

 

 

parole de dieu, Prêtre, Autel, Levain des Pharisiens, Tentation, Parabole, Question, Glaive, Miroir, Imprécation, imprécatoire, Gardien, Loi, Légiste, Pardon, Purification, Enseignement, Enseignant, Lier, Délier, Prophétisme, Bénir, Bénédiction, Guérir, Guérison, Fortifier, Sanctuaire, Juge, Arche, Feu de l'autel, Oracle, Augure