Les 2 témoins
Un site chrétien réalisé par un couple catholique

Za 4, 14 : "Ce sont les deux personnes désignées pour l'huile, celles qui se tiennent devant le Maître de toute la terre."

Se libérer de l'oppression - 05 - Le Rédempteur

Dans les quatre premières parties, nous avons parlé de l'oppression et nous avons commencé à expliquer comment donner un sens à notre souffrance insoutenable, à l'école de Job.
 

Ce cinquième volet est la 3ème partie du commentaire biblique sur Job à partir du chapitre 32, qui montre le début d’un renouveau pour la personne oppressée : la rencontre avec un « rédempteur », un envoyé du SEIGNEUR qui réconforte, enseigne et purifie.

Ce personnage d'Elihou n'est pas sans rappeler le FILS D'HOMME que vit le prophète Daniel, alors dans l'angoisse du fait de sa vision des 4 bêtes.

Rappelons que l’ascension spirituelle de la personne dans l’affliction comprend trois grandes phases : la confrontation avec ses amis (que nous avons étudiée dans la partie précédente), puis la venue d’Elihou, ce personnage qui agit comme un « rédempteur » et enfin la vision de DIEU qui converse avec Job et le réhabilite dans sa santé, sa famille et ses biens matériels.
 
 
 

1 - L’arrivée d’Elihou, le rédempteur

1-1 : Un moment charnière

L’arrivée d’Elihou, au chapitre 32 du livre de Job, marque la fin de « l’épreuve des 3 amis », qui s’écartent puisque, d’après eux, Job se croit juste. D’une certaine manière, Job a triomphé d'eux car désormais, il semble avoir compris comment se situer par rapport aux personnes de son entourage. Ces personnes ne parviennent plus à le faire douter. Au contraire : ils semblent même l’affermir dans ses convictions, du fait de leur décalage avec lui qui souffre. Le moment dans notre vie spirituelle -où comme Job dans une période d’oppression- nous parvenons enfin à « dompter » ces relations avec les autres et avec les mauvais anges afin de ne plus être systématiquement blessé-e et à nous défendre pour être moins atteint-e, est un véritable moment charnière, une véritable renaissance. C’est le moment où tout bascule et le SEIGNEUR nous aide à reprendre notre vie en main de manière sereine, afin de continuer notre chemin de guérison, mais sans plus être balloté-e par les tempêtes habituelles. Ce moment correspond notamment à l’irruption dans notre vie d’un personnage comparable à Elihou, comme nous allons le voir.
Revenons à Job. En premier lieu, Elihou, lors de sa prise de parole, finit d’écarter Elifaz, Bildad et Çofaren leur déclarant, en substance : « Auprès de Job, votre Sagesse ne vous a servi à rien » (Jb 32, 7-14). Sans doute est-ce une manière d’entériner le fait que les 3 amis ont fini leur mission et ont atteint leur limite : contrairement à ce qu’ils ont cherché à faire, on n’arrache pas la souffrance comme une mauvaise herbe sur laquelle on tire d’un coup sec. Accompagner la souffrance, c’est aussi prendre le temps de pleurer avec ceux qui pleurent ; Job n’avait-il avant tout pas besoin de temps et de beaucoup de compréhension pour se remettre ?
 
Ce personnage d’Elihou se présente comme un jeune homme et va prononcer 4 discours qui occupent les chapitres 32 à 37 du livre. Voyons qui est ce personnage et quel est son rôle dans l’itinéraire spirituel de Job.
 

1-2 : Elihou le rédempteur

Si l’on veut définir Elihou, en premier lieu, ce personnage quelque peu énigmatique n’est-il pas le rédempteur qu’attendait Job, celui qui finit de le préparer pour son face à face avec DIEU ? Notons au passage qu’il commence par rassurer Job sur ses bonnes intentions (Jb 33, 6-7), afin de montrer que Job peut s’appuyer sur lui sans crainte. Voyons donc comment Elihou aide Job à revêtir l’habit de nocepour la rencontre avec le SEIGNEUR. Il le fait de deux manières (Jb 33, 1-12) :
  • Il entreprend de purifier la pensée de Job sur les quelques erreurs qui demeurent chez lui ;
  • Il l’enseigne et répond à certaines questions que Job a posées, le TRÈS-HAUT projetant de répondre ultérieurement sur les sujets les plus élevés spirituellement. Autrement dit, DIEU semble avoir délégué à Elihou une partie des sujets à traiter. Ainsi, Job ne demeurera pas encombré de toutes ses interrogations lors de sa vision céleste (il avait souvent demandé devant ses 3 amis pourquoi DIEU le laissait dans cet état).
Tous ces éléments sont mêlés en 4 discours qu’Elihou prononce en précisant régulièrement qu’on peut l’interroger si besoin. Ces discours s'articulent de la manière suivante (et sont commentés plus bas) :
  • DIEU enseigne (Jb 33, 1-33)
  • DIEU est parfait en sa Justice (Jb 34, 1-37)
  • DIEU est grand (Jb 35, 1-16)
  • DIEU est souverain (Jb 36, 1-33).
Je me permets une parenthèse avec un épisode de la vie du prophète Jérémie, dans un de ses moments de persécution. Il est en effet accusé par 4 personnages de la cour du roi, qui par désaccord avec ses prophéties et par peur le font enfermer dans la citerne. Il se trouve que ces 4 personnages infâmes portent chacun un nom (Jr 38, 1) qui en hébreu, signifient « l’ETERNEL est capable », « l’ETERNEL JUGE », « L’ETERNEL est grand » et « Mon Roi est l’ÉTERNEL », comme les 4 titres qui m’ont semblé adaptés pour décrire ce que dit Elihou. Si le séjour de Jérémie dans cette citerne est comparable à l’oppression de Job, sans doute les 4 ministres qui accusent un juste comme Jérémie se retrouvent-ils dans les 4 épreuves ou 4 mauvais esprits lâchés contre Job en Jb 1, 13-19 ; on avait vu qu’ils représentaient l’épreuve absolue, maximale. Ainsi, les réponses d’Elihou semblent indiquer que même si les fils du Mauvais ont eu le droit de tourmenter Job, c’est que le SEIGNEUR avait un plan plus grand que ces 4 épreuves redoutables. Et Elihou va expliquer ce plan divin, comme pour souligner les victoires de DIEU sur le mauvais. D’ailleurs, ces fils de perdition ne portent-ils pas un nom qui indiquent que DIEU est honoré dans tout ce qu’ils tentent contre Job ?
 

1-3 : Qui est Elihou ?

En second lieu, Elihou peut être vu soit comme un jeune homme plein de zèle (l’interprétation la plus littérale), soit, je le pense, comme un ange. Cette dernière interprétation peut sembler invraisemblable au premier abord, mais je vais exposer plusieurs raisons pour lesquelles voir dans Elihou une créature angélique me semble raisonnable :
  • Elihou n’est pas nommé par le narrateur au début du livre parmi ceux qui viennent consoler Job. On ne parle que d’Elifaz, Bildad et Çofar. Pourtant, il a assisté aux discussions et avait laissé parler les trois autres (Jb 32, 3-5). Lorsqu’Elihou parle, personne ne l’interrompt, alors qu’il dit qu’il est jeune (Jb 32, 6) et que précédemment les personnages n’ont eu de cesse de répliquer aux arguments des autres.
  • DIEU ne nomme pas Elihou parmi ceux qui ont mal parlé de Lui en Jb 42, 7-9, mais uniquement les trois amis de Job. Pourtant, Elihou soutient des thèses fortement voisines d’Elifaz, Bildad et Çofar (il ne faut pas dire que DIEU est injuste, notamment).
  • Elihou se dit « jeune » en Jb 32, 6, ce qui se traduit littéralement par « moindre de jours », ce qui n’est pas incongru pour décrire un ange qui est hors du temps.
  • Elihou est fils de Barakéel le Bouzite, ce qui littéralement peut se traduire de la manière suivante : Elihou est là par la conséquence(fils) du fait que Dieu a béni(Barakéel) le méprisé(Bouzite). Comme si, après avoir enduré une période de mépris (par la fortune, par la santé, par sa femme, par ses trois amis), enfin DIEU accédait au désir de Job que le rédempteur invoqué se manifeste à lui.
  • En Jb 32, 22, Elihou dit qu’il ne sait pas flatter, sinon celui qui l’a fait l’aurait vite anéanti. Cette condition est plutôt celle d’un ange.
  • Il dit en Jb 33, 6 « Vois, devant DIEU je suis ton égal, j’ai été pétri d’argile, moi aussi ». Le mot hébreu employé pour « argile », dans d’autres livres bibliques, est toujours employé pour signifier la condition d’une créature devant le CRÉATEUR et non pour désigner spécifiquement un être humain. On trouve dans l’Apocalypse (Ap 19, 10 ; Ap 22, 9) des répliques similaires. De la même manière, le passage de Jb 32, 18-20 (son ventre, sa respiration, …) peut être vu, je pense, comme un ensemble d’anthropomorphismes, de comparaisons humaines, afin de faire comprendre ce qui anime Elihou.
  • Elihou est extrêmement sensible à la Justice de DIEU, or c’est une caractéristique fondamentale des anges.
  • Elihou parle à 4 reprises, or d’après le prophète Ezéchiel les anges ont 4 faces, Daniel décrit 4 bêtes et l’Apocalypse parle de 4 anges, dans tous ces livres, les anges interviennent dans une période de tribulations. Or, Job est lui aussi dans une période de difficulté.
  • Le prophète Daniel, dans l’angoisse, après avoir imploré longtemps DIEU, voit l’ange Gabriel qui lui dit avoir été présent de manière invisible dès le début de ses supplications, bien qu’il ne se manifeste que plus tard. C’est aussi le cas d'Elihou.
  • Elihou prend un soin infini à inviter Job et ses amis à lui répondre s’ils le souhaitent. Il dit également : « La terreur de moi n’a pas à t’épouvanter ». Pourquoi Job, Elifaz, Bildad et Çofar auraient-ils peur si Elihou n’était qu’un jeune homme ?
  • Job a fustigé ceux qui le malmenaient (ses amis et probablement des anges également). Si Elihou est un ange, cela explique en partie ses réprimandes à l’encontre de Job, car il a été inclus dans les critiques de Job. Et il trouve cela injuste car ces « gardes » dont nous avons parlé ne sont pas nécessairement mal intentionnés, ils exercent un rôle de purification vis-à-vis de Job, purification permise par DIEU.
En tout état de cause, qu’Elihou soit un ange ou un jeune homme rempli d’ESPRIT-SAINT (l’onction prophétique rapprochant l'action d'une personne de celle d'esprits angéliques), il semble envoyé par le SEIGNEUR pour jouer un rôle particulier auprès de Job, celui de rédempteur, qui accélère la croissance spirituelle de Job. Une personne dans un état d’oppression et qui garde confiance finira, tôt ou tard, par entrer en relation avec un ange tutélaire que DIEU lui a envoyé et/ou une ou des personnes qui vont l’aider par leurs conseils spirituels. C’est ce que nous allons voir à présent en parcourant ce qu’enseigne Elihou à Job. Ces enseignements sont sublimes et demandent d’avoir le coeur grand ouvert.
 

2 - L’enseignement d'Elihou

2-1 : 1er discours: DIEU enseigne

Le 1er enseignement donné par Elihou est que DIEU enseigne (Jb 33, 1-33). Elihou montre que Job, même s’il parle le langage de la souffrance, est excessif en se déclarant juste et en disant que DIEU le traite en ennemi. Elihou rappelle que DIEU est très au-delà de l’homme et pourtant n’a de cesse de parler, d’enseigner les hommes et cela de deux manières : lors de songes et lors d’épreuves.
 
DIEU enseigne donc lors de songes nocturnes. Il s’agit sans doute d’un rappel pour Job qui, comme on l’a vu aux chapitres 1 et 2, habitué à vivre en Dieu. Il sait donc que les heures avant le sommeil doivent être utilisées pour veiller, penser au SEIGNEUR afin d’être en état d’écoute durant le sommeil. Nous pourrions rallonger la liste: Ne pas manger trop, ne pas abuser des activités qui nous font trop gamberger, demander pardon si tel est le cas. Mais l’enseignement vraiment nouveau pour Job se trouve sans nul doute dans la seconde partie de ce premier discours d’Elihou.
 
DIEU enseigne lors d’épreuves comme celle que vit Job. Le souffrant est livré aux "anges exterminateurs" (les esprits de rangs 1, 2 et 3 dont nous avons parlé). S’il se trouve un ange (comme Elihou, « ange » au sens littéral ou au sens d’« intermédiaire », de « messager ») et que celui-ci intervienne devant DIEU pour prendre la défense du souffrant et trouver comment le racheter, alors celui-ci ressuscite car outre la santé qu’il retrouve, il reconnaît enfin son péché. La leçon est donc que la vraie guérison d’une oppression est de reconnaître (enfin) l'imperfection que le SEIGNEUR, dans sa Providence, souhaitait nous ôter. L’oppression n’est pas nécessairement la conséquence de ce défaut mais plutôt le moyen employé par DIEU afin de déraciner un péché récurrent. 
Une question subsiste : quelle "rançon" Elihou paie t-il à DIEU afin de guérir Job ? Peut-être des grâces issues de la famille de Job ? Peut-être la prière des 3 amis ? Peut-être la somme des souffrances offertes par Job au SEIGNEUR au cours de son épreuve ? Peut-être aussi le fait qu’Elihou dise haut et fort quels sont les erreurs de Job, qui plus est devant les 3 amis ? Cela n’est-il pas une ultime épreuve pour Job, une ultime purification pour laquelle, demandant pardon, ses péchés peuvent finir d’être ôtés et DIEU lui accorde la guérison ?
 
La fine pointe de ce premier enseignement d’Elihou semble donc être : « Dans cette épreuve, de quel péché DIEU souhaite-t’il que je me débarrasse? » Plus j’avancerai sur cette question, plus je m’efforcerai d'arrêter de commettre ce péché et de réparer autant que possible en faisant des prières de demande de pardon, en faisant dire des messes pour ma famille, etc.
 

2-2 : 2ème discours: DIEU est parfait en sa Justice

Le 2ème enseignement qu’Elihou prend le soin de livrer est : DIEU est parfait en sa Justice (Jb 34, 1-37). Elihou rappelle que dire « Je suis juste », « DIEU me dénie justice » et « l’homme ne gagne rien à se plaire en DIEU » ne sont pas des propos dignes du SEIGNEUR. En effet, le raisonnement « je souffre donc j’ai le droit de juger DIEU et les autres » n’est pas juste, car ainsi nous entretenons une amertume qui nous fait pécher et souffrir. Notons que c'est un piège redoutable que la souffrance. Combien de personnes connaissons-nous qui, étant blessées, se sentent habilitées à blesser les autres...
Elihou présente donc en 5 points comment la justice de DIEU est parfaite, comme 5 glaives, 5 armes à utiliser, à dire, à méditer, qui pourfendront toute tentation de découragement vis-à-vis de DIEU et les tentations de porter des jugements sur DIEU et les hommes :
  • L’injustice n’existe pas en DIEU.
  • DIEU est bon car tout subsiste en Lui.
  • La manière dont DIEU juge les puissants démontre sa parfaite Justice (car tout le monde est témoin du salaire que reçoit un responsable : reconnaissance ou mépris, biens éternels ou biens périssables qui sont des signes avant-coureurs du vrai salaire qu’ils recevront).
  • DIEU s’appuie sur une Science infinie, sa Justice ne peut être qu’infinie.
  • Il est le Maître suprême, qui oserait critiquer sa conduite ?
C’est somme toute assez simple : je souffre, j’ai envie de porter des jugements sur ce qui me paraît injuste : j’ai là un remède : de me répéter ces 5 phrases et de les méditer, et/ou de relire Jb 34, 1-17 et ces Paroles de DIEU stopperont nettes toutes mes pensées d'amertume.
 

2-3 : 3ème discours : DIEU est grand

Le 3ème enseignement que transmet Elihou est le suivant : DIEU est grand (Jb 35, 1-16). Elihou vient ainsi contrecarrer la tendance de Job à penser toute la journée à son péché comme une obsession : Ai-je péché ? Est-ce que vraiment cela change quelque-chose si je ne pèche plus au vu de mon épreuve ? Quelles sont les conséquences de mon péché ?.. Elihou invite notre ami à prendre de la hauteur pour penser DIEU bien au-delà du péché.
Elihou livre une prière afin de s’entraîner à acquérir ce regard-là et de demander de la bonne manière au SEIGNEUR de s’élever :
"Où est DIEU qui m’a fait ?
Lui qui inspire des cantiques d’allégresse dans la nuit,
Qui nous dresse mieux que les bêtes de la terre
Et nous rend plus sage que les oiseaux du ciel."
 

2-4 : 4ème discours : Elihou montre que DIEU est Souverain

C’est le 4ème et dernier enseignement donné par Elihou : DIEU est souverain (Jb 36, 1-33). Elihou souligne le manque de noblesse chez Job lorsqu'il disait "je m'en moque", sans doute dans un de ses moments de souffrance excessive où Job s'adonnait à un désintérêt profond pour toute chose. La souffrance l’a anesthésié. DIEU, lui explique Elihou, ne dirait jamais cela ! En effet : DIEU est ferme, impartial et incite toujours les bons et les méchants au repentir : sa vraie noblesse est qu’il met toujours en priorité ses devoirs de roi souverain. « S'ils se trouvent prisonniers dans les chaînes, s'ils sont pris dans les liens de l'oppression, c'est qu'Il a voulu dénoncer devant eux leurs oeuvres et leurs révoltes lorsqu'ils jouaient au héros". Malgré toutes les apparences, DIEU se sert de la "détresse pour nous ouvrir l'oreille"pour nous éveiller à son amour et effacer nos points d'orgueil. DIEU agit toujours en Souverain.
 
Elihou affermit ensuite Job dans cette voie par deux moyens :
  • En lui enseignant les 10 pièges à éviteren période d’oppression, afin de profiter pleinement de cette souveraineté de DIEU, qui en ce moment s’exerce afin de redresser un travers, un péché (notons au passage que dans la Bible, 10 est le chiffre qui désigne l’oppression, toujours une oppression temporaire qui débouche sur une guérison, une réconciliation, un bien plus grand).
  • En ouvrant son esprit aux Signes des Temps, qui permettent d’appréhender le projet de DIEU sur le monde.
 
Les 10 pièges typiques d’une personne oppressée sont les suivants (Jb 36, 16-21) :
  • Se soumettre à la Justice de DIEU sans invoquer sa Miséricorde (et dire, par exemple : « Je suis puni, c’est bien fait pour moi » et désespérer. DIEU n’est-il pas touché lorsqu’on lui rappelle que sa Miséricorde est plus grande que sa Justice? Cela équivaut à considérer le SEIGNEUR non pas comme un monstre, mais comme un Père aimant pour nous).
  • Employer les moyens des méchants (« je subis l’injustice, donc cela légitime que je critique, que je me mette en colère, que je triche… »)
  • Se révolter devant le châtiment (et couper toute communication avec DIEU. On a vu qu’il nous était bien plus profitable de dire franchement notre mécontentement au SEIGNEUR, par exemple avec les psaumes contre l’injustice).
  • Répandre l'amertume autour de soi (il est dangereux de parler des personnes qui nous font souffrir à d’autres. Si on doit le faire, parler peu et demander de tout son coeur ensuite pardon au SEIGNEUR pour que notre prise de parole n’ait pas de conséquences funestes).
  • Se décourager devant la somme de réparations à faire afin d'être délivré de l’oppression (Il est préférable de demander à DIEU de nous montrer les choses qui vont mieux chez nous lorsqu’on n’arrive pas à les voir).
  • S'appuyer sur ses propres forces (en se disant : je fais des choses pour m’en sortir, et en second lieu je prie si j’ai le temps. C’est un vrai piège ! La prière est LA priorité).
  • S’abaisser contraint par l’affliction au lieu de le faire en toute liberté (justement : notre souffrance fait que tout ce qu’on fait en le choisissant donne à chaque acte une valeur immense devant DIEU : c’est le moment même où notre prière pour quelqu’un d’autre va être la plus efficace).
  • Se réfugier dans l’imaginaire (l’imaginaire est voulu par DIEU afin de se rapprocher de Lui et non de s’en éloigner. Lorsque tel est le cas, on peut dire : « Merci SEIGNEUR pour mon imagination! » et cela nous recentre sur Lui).
  • Se focaliser sur le jugement prochain des impies (DIEU ne prend pas plaisir à la mort du méchant, mais plutôt à ce qu’il vive. Un des plus beaux cadeaux en notre possession à faire au SEIGNEUR est de s’efforcer à aimer ceux qui nous persécutent).
  • Vivre dans le désordre afin de fuir l’oppression (les écrans, la gourmandise et l’immoralité sexuelle ne résolvent rien, mais on peut toujours dire MERCI à JÉSUS pour tout loisir qu’Il nous offre).
Elihou ensuite dresse un tableau impressionnant des Signes des Temps, qui sont les éléments constitutifs du Royaume de DIEU : les pluies, les nuages, les vents, la tempête, le beau temps, la foudre et le tonnerre. Ces éléments, outre leur réalité physique, font comprendre le gouvernement du SEIGNEUR sur ses créatures : les hommes, les anges, le monde. -Une rubrique spécifique sera créée pour les Signes des Temps- mais retenons d’ores et déjà que le passage par une phase d’oppression est une voie que DIEU utilise afin de donner part à sa créature à la compréhension des Signes des Temps, et donc au gouvernement du monde. DIEU partage sa majesté divine en faisant passer son serviteur et ami par des souffrances comparables à celles de son FILS qui acceptera d’être piétiné afin de reprendre autorité sur le monde.
Mais revenons à Job. Elihou, en train d’évoquer les éléments qui se déchaînent, s’efface alors pour laisser place au SEIGNEUR qui répond justement du sein de l'ouragan.
 

3 - Le face-à-face avec DIEU et la réhabilitation de Job

Job est exaucé dans ses prières répétées, car enfin DIEU lui répond ! (Jb 38-42). Que dit le SEIGNEUR ? Il lance à Job deux défis, présentés de la manière suivante :
  • D’abord une invective, afin de montrer à Job qu’on n’a pas à critiquer la Providence, ou disputer avec le PUISSANT, n’ayant pas les capacités divines (Jb 38, 2-3 ; Jb 40, 7-14). Le SEIGNEUR, dans la lignée des trois amis puis d’Elihou, finit de purifier ce qui chez Job ne convient pas à la majesté divine. Ce point est à mon avis capital car il s'agit là de l'esprit de "rang 1" qui tourmente Job et sa famille ; DIEU lui révèle son nom afin que Job mette son énergie à le combattre. Toute son épreuve, je pense, était une occasion de le chasser une bonne fois pour toutes de la famille, lui qui était si puissant, c'est pourquoi l'épreuve de Job a été si longue. Nous développerons ce point dans l'article suivant.
  • En second lieu, DIEU poursuit l’enseignement sur les Signes des Temps (entrepris par Elihou), mais de manière interrogative cette fois (Jb 38, 4 - 39, 30 et Jb 40, 15 - 41, 26). Par exemple, Il demande : « Où étais-tu lorsque je fondai la terre?.. » Le SEIGNEUR passe ainsi en revue successivement la terre, la mer, l'aurore, la mer, la lumière, les intempéries, les saisons, les animaux, Béhémoth et Léviathan, des réalités qui méritent une profonde méditation, d’autant plus qu’ici c’est DIEU Lui-même qui est descendu du ciel pour les révéler.
 
Job est alors arrivé au bout de sa longue épreuve : il reconnaît qu’il n’est pas digne de parler de manière péremptoire devant DIEU. Et puis il est réhabilité dans son couple, sa famille, son travail et reçoit l’autorité sur ses trois amis, comme on l’a vu. Il n’est pas dit que Job soit mort, mais plutôt que dès cette terre il reçoit le double de ce qu’il avait au départ, car, d’après ce que nous avons déduit des étapes de sa croissance spirituelle, il a enfin perdu certaines imperfections qui le limitaient sur ce chemin.
Nous en avons terminé avec Job, qui est un ami précurseur pour nous en matière d’oppression et de souffrance. Nous approfondirons les réalités des Signes des Temps dans une autre rubrique, mais dans celle-ci nous poursuivrons notre réflexion afin d’aider à la guérison de maux diaboliques. Merci pour votre lecture.
 
    MENU : ARTICLES SUR LA LIBÉRATION DE L'OPPRESSION ^^^
Article précédent : OPPRESSION N°4 : DÉPASSER LES GARDES <<<   Article suivant (à venir) : OPPRESSION N°6 : BRISER LA MALÉDICTION >>>

Dieu, Job, Commentaire, Elihou, Rédempteur, Défenseur

Qui sommes-nous ?

Mentions légales

Ici

Pour toute question ou réaction, n'hésitez pas à nous contacter ! Soyez béni-e-s !

Contact